Les secrets du sommeil paradoxal

Le sommeil d’un être humain forme un cycle divisé en trois phases principales. Ces trois phases sont l’endormissement léger, l’endormissement profond et le sommeil paradoxal. Ce dernier correspond en moyenne à 25 % du temps total de l’endormissement. Au cours de cette partie de la nuit surviennent les rêves dont on se rappelle au réveil. C’est aussi la période où l’activité des yeux et du cerveau est importante alors que le reste du corps demeure généralement immobile. Au cours de cette phase, il est difficile de réveiller l’individu.

Le sommeil paradoxal et la science

Au cours d’une même nuit, le cycle de l’endormissement qui dure en moyenne 70 à 90 minutes se répète plusieurs fois. Si certaines personnes peuvent se ressourcer avec seulement trois cycles, d’autres ne seront sur pied que lorsqu’une demi-douzaine de cycles se sera succédé. L’endormissement léger et le sommeil profond constituent la majeure partie du cycle, la phase paradoxale est assez courte et s’étale sur 15 à 20 minutes. Durant cette période, l’activité cérébrale est très intense, elle se manifeste physiquement par des mouvements des paupières rapides dus aux ondes émises par le cerveau. On peut également constater une irrégularité dans le rythme cardiaque et la respiration, ainsi qu’un dérèglement de la température corporelle. Les sujets masculins quant à eux peuvent présenter une érection, suivie ou non d’une éjaculation.sommeil-paradoxal-2

Selon des études scientifiques, c’est durant la phase paradoxale que se produisent 80 % des rêves. Par ailleurs, il a été démontré que les sujets réveillés au cours de cette période avaient des souvenirs très précis de leurs rêves, ce qui n’a pas été le cas lorsqu’ils sortaient de l’endormissement lent. En effet, un individu réveillé en pleine phase de l’endormissement lent n’a aucune mémoire concernant ses rêves, si ce ne sont des souvenirs confus. On peut donc en déduire que la qualité du souvenir du rêve dépend du stade auquel on est réveillé. Les spécialistes confirment également l’existence d’une relation entre les rêves, l’augmentation du rythme cardiaque et les mouvements oculaires.

Le sommeil paradoxal, Pourquoi est-ce utile?

D’emblée, dormir est nécessaire pour la récupération physique et mentale de l’être humain. Priver un individu de ce moment vital engendrerait des conséquences néfastes sur sa santé mentale ainsi que sur son comportement. On peut citer entre autres des pertes de mémoire, une irritabilité et des troubles importants de l’humeur.

Si le fait de dormir est vital pour tous, on entend par cela toutes les phases qui constituent le cycle de l’endormissement. Pourtant, certains persistent à dire que le sommeil paradoxal serait dangereux, car au cours de cette période, la transmission nerveuse du cerveau vers les muscles serait bloquée par une hormone qui, déréglée, amènerait à un cas de somnambulisme. En effet, au cours de cette phase survient une disparition totale du tonus musculaire, ce qui isole le sujet des efférences intérieures et des afférences extérieures motrices. La personne plongée dans un sommeil paradoxal effectue ainsi des gestes non contrôlés avec absence de sensation de stimulus de l’environnement réel, elle peut alors se faire mal.sommeil-paradoxal

Malgré les dangers liés au sommeil paradoxal, celui-ci reste vital au bien-être de l’homme. C’est en effet au cours de cette phase que le sujet triera ses souvenirs, car c’est à ce moment-là une fonction de stockage en mémoire des informations rencontrées au cours de la journée, ainsi qu’une faculté à supprimer les données inutiles. Par ailleurs, des tests d’aptitude réalisés chez des étudiants par des chercheurs de Harvard ont prouvé que ces derniers avaient de meilleurs résultats après une nuit de sommeil, et ce, principalement en ayant atteint le stade paradoxal.